gaëlle abravanel   visual art

A l’Origine


Je suis là, dans le jardin de mon enfance. Ma mère me parle, c’est elle qui tient l’appareil photo. Je dois avoir trois ans et suis habillée d’une jolie petite robe pour l’occasion. Elle m’enjoint de m’approcher d’une rose et de « faire semblant » de la sentir. Je m’exécute et là, elle actionne l’appareil. Sans le montrer, je reste pourtant interrogative. C’est pour moi quelque chose d’incompréhensible. Pourquoi faut-il faire semblant? Quel est donc cet univers irréel?

Comment recréer des émotions dont je n'ai pas de traces matérielles? Les images que je recueille aujourd’hui prennent les formes de mes représentations mentales. Ce qui « se raconte » repose sur une multitude d’images antérieures qui écrit mon récit. Ce qui « a lieu » est ce qui me parle à la fois du temps, de l’espace et de l’existence humaine en prenant le pouls des émotions et des sensations fugitives qui m’accompagnent.

Expérimenter est pour moi instinctif et viscérale. A toutes les étapes de l'image, j'hybride.
Utiliser d’autres médiums (le dessin, l’encre, le gel photo…), procéder à des interventions physiques (frottage, brulage, trous, découpage, collage…), j’interroge inlassablement la fabrication de l’image.

Le réel doit être fictionné pour être pensé.
Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, ed. La Fabrique, 2000. pp.61-64.
 
Toute photographie est une image mentale.
Alain Bergala

Une photographie n’est jamais qu’une image et il ne faut pas la confondre avec le réel.
Christian Caujolle




 
At the Origin


I'm here, in the garden of my childhood. My mother talks to me, she's the one holding the camera. I must be three years old and dressed in a pretty little dress for the occasion. She tells me to approach a rose and "pretend" to smell it. I do it and then she turns on the device. Without showing it, I remain questioning. For me, this is something incomprehensible. Why do we have to pretend? What is this unreal universe?

How can I recreate emotions of which I have no material traces? The images I collect today take the form of my mental representations. What is "told" is based on a multitude of previous images that write my story. What "takes place" is what speaks to me of time, space and human existence by taking the pulse of the emotions and fleeting sensations that accompany me.
Experimenting is for me instinctive and visceral. At all stages of the image, I hybridize.
Using other media (drawing, ink, photo gel...), carrying out physical interventions (rubbing, burning, holes, cutting, gluing...), I tirelessly question the making of the image.
The real must be fiction to be thought.
Jacques Rancière, Le partage du sensible, esthétique et politique, ed. La Fabrique, 2000. pp.61-64.
 
Every photograph is a mental image.
Alain Bergala

A photograph is never just an image and should not be confused with reality.
Christian Caujolle



 

 

© 2017 by Gaëlle Abravanel

 

Toutes les photographies et éléments contenus dans ce site Internet sont protégés par le droit national et international de la propriété intellectuelle. Ces éléments sont la propriété exclusive de Gaëlle Abravanel. Sauf autorisation préalable et écrite, vous ne pouvez procéder à une quelconque reproduction, représentation, adaptation, traduction et/ou transformation partielle ou intégrale, ou un transfert sur un autre site web de tout élément de ce site Internet. Le non-respect de cette interdiction constitue un acte de contrefaçon engageant vos responsabilités civile et pénale.